05 AlexGallosi_Roosters

A l’occasion de la sortie de leur nouvel E.P « L’ODEUR DES JOINTS » sorti il y a quelques jours, Nous avons posé nos questions à Sébastien et Elise du groupe Hollydays. Le groupe donnera un concert le 13 Février prochain au Point Ephémère.

Site web
http://hollydays.fr/

Facebook
Instagram
Twitter
Youtube
Soundcloud

Jean Louis The Dog

Un grand Merci à Elise & Sébastien <3
Merci à : Nina V / Polydor
Photos : Alex Gallosi
Interview : Clément F. GRELOT / Relecture Valencia Ehrhart

Le 12 janvier dernier est sorti « L’ODEUR DES JOINTS » votre nouvel EP qui a excellente presse mais également un album prévu courant 2018. A priori l’année commence bien pour vous ! Vous vous
sentez comment ?


On se sent un peu ballonnés, mais surtout à cause des fêtes !
Sinon on se sent très chanceux, ça faisait 2 ans que nous n’avions rien sorti alors c’est un grand soulagement que les chansons soient enfin disponibles ! l’accueil presse est effectivement très encourageant, nous allons tout faire pour confirmer l’essai avec l’album !

Vous avez un parcours qu’on pourrait facilement qualifier «d’atypique ». 
Toi Sébastien tu as commencé dans un groupe de métal et tu es un ancien prof de français et toi Elise tu viens du mannequinat – Vous expliquez comment le gap qu’il y a entre cette période de vos vies et la formation d’Hollydays ?


En vrai c’était plutôt un groupe de reprises que du métal à l’état pur, on passait de Radiohead, à Tool, à Rage Against the Machine et Muse (les 2 premiers albums seulement). En vrai nos vies ne sont pas si différentes, juste on fait un métier-passion et on s’estime extrêmement chanceux.

Faire de la musique c’est quand même beaucoup plus épanouissant que faire du mannequinat le changement n’a pas été trop difficile au contraire. (rajoute Elise)

Vous pouvez nous décrire le processus créatif qu’il y a entre vous ? Qui s’occupe de quoi ?
95% de nos textes ont été écrits par un ami, Antoine Patinet, souvent on part des paroles, Elise est très bonne mélodiste et je m’occupe de la compo et de l’arrangement, c’est un travail d’équipe, collectif, où les places sont changeantes…

Qu’est ce qui a principalement changé pour vous depuis que vous avez signé cet EP et votre prochain album chez une major (Polydor) ?

 
On a eu la chance de pouvoir travailler avec Antoine Gaillet, qui est un réalisateur-mixeur que nous adorons, il a fait le très beau 1er album de Fishbach entre autres ! Sans Polydor ça n’aurait pas été possible, nous sommes très fiers de cet EP, il s’est mis au service des chansons et c’est très proche de nos démos, il a fait en sorte que ça « sonne » et nous apporté le recul nécessaire sur les chansons.

03 AlexGallosi_Roosters

Vous vous êtes désignés comme des « nouveaux observateurs », ça signifie quoi ?


C’est le journaliste Damien Cabrespines qui a dit ça de nous, Antoine, qui écrit nos textes, parle d’expériences personnelles (les siennes, les nôtres…) souvent on se retrouve dans ses expériences et inversement, il n’y a pas de jugement dans les paroles, c’est plutôt de l’ordre du constat et du ressenti.

En 2014 vous vous êtes frottés à l’anglais avec le single « Love Is Just A Game ». Pourquoi ne pas avoir retenté l’expérience ?
Le projet a débuté en anglais, mais très vite on s’est rendu compte que nous voulions être compris, Love Is Just A Game est notre dernière chanson en anglais, c’est comme un petit bonbon pop ! Un souvenir de cette période.

Sur l’album à venir, on sait déjà qu’il y a un titre qui s’appelle « Folle » écrit par Pierre Lapointe. Vous pouvez nous en dire plus sur ce titre ?


Je me rappelle avoir tout de suite adoré le texte, j’ai fait une première maquette en une heure. C’était très down, finalement pour contrebalancer l’aspect triste du texte nous sommes partis vers quelque chose de très pop, trop pop… Il y a eu beaucoup de versions de cette chanson, nous avons fini par trouver un équilibre très pleurer-danser qui nous ressemble, on aime beaucoup la jouer en live et on a hâte de la faire découvrir !

On va laisser un peu de surprise mais le refrain dit « suis-je folle de t’aimer? »

On va revenir sur Pierre Lapointe car vous avez assuré sur plusieurs dates sa 1er partie, pour ensuite avoir votre date le 13 Février au Point Éphémère. Comment appréhendez-vous la scène ?
Depuis peu nous sommes 3 sur scène, Martin joue la basse et les claviers (à 2 mains, il est très fort), ça apporte beaucoup au live, ne venant pas de la musique c’était quelque chose qui nous était inconnu, on peut même dire que nous n’étions pas très bons, mais aujourd’hui on a gagné en assurance, le répertoire est plus solide et on est très excités à l’idée de partager les chansons sur scène, de plus en 1ere partie de Pierre Lapointe que nous aimons beaucoup !

Plus que jamais, on a l’impression que la génération « Salut Les Copains » s’éteint pour toujours (notamment avec la disparition récente de France Gall), mais que la relève de la chanson française n’a presque jamais été aussi talentueuse et prolifique que dernièrement. On pense à Juliette Armanet, Pépite, Fischbach ou encore Clara Luciani… Vous sentez vous proche de cette nouvelle scène ?
J’espère ! Ce ne sont que des artistes que nous écoutons et respectons beaucoup ! On pense aussi à Grand Blanc, Théodora, Moodoid, Flavien Berger, Pomme, Blondino… je trouve tous ces projets extrêmement beaux, j’espère que notre album fera honneur à la nouvelle scène française.

Pour finir, qu’est-ce que ça vous fait de savoir que votre chien « Jean-Louis The Dog » a pour le moment plus de followers sur Instagram que vous ? 
C’est un plan diabolique pour conquérir le monde, au moment où personne ne s’y attendra on fera la promo d’Hollydays sur son compte instagram !

Share